En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Blog Événements

Rapport d'incident en cours d'arts plastiques

Par JEAN-PAUL WYSOCKA, publié le vendredi 11 janvier 2019 14:47 - Mis à jour le jeudi 24 janvier 2019 14:32
IMG_0649.JPG
Jeudi à 11h30, 2 personnes étrangéres au collège se sont permises de rentrer dans mon cours sans l'autorisation officielle de la direction. Elles ont pretexté une soi-disante inspection mais très vite les élèves et moi (la classe de 4A) ...

Jeudi à 11h30, 2 personnes étrangéres au collège se sont permises de rentrer dans mon cours sans l'autorisation officielle  de la direction. Elles ont pretexté une soi-disante inspection mais très vite les élèves et moi (la classe de 4A) avons constaté que tout n'était pas bien normal. 

 

Cela a commencé par des déplacements de petits objets qu'il jugaient n'être pas à leur place : trousses, stylos, cahiers, ... "On apprend mieux si tout est en ordre !" disaient-ils "C'est scientifiquement prouvé" Mes élèves étaient partagés entre un sentiment d'inquiétude : "Mais monsieur, vous êtes au courant ?" et l'envie de  rire car elles se sont mises à déplacer les tables, les chaises et ... les élèves qui étaient assis dessus ! Celle qui semblait être le chef a grimpé sur une table en équilibre et a lançé quelques ordres brefs mais très discutables au regard de l'attitude paisible et innocente de la classe.

Par un pouvoir de persuasion spectaculaire, les 2 étrangéres ont réussi à rallier à leur cause les 2 adultes qui avaient insisté pour participer à mon cours mais peut être étaient-elles simplement des complices ? Elles étaient maintenant 4 à ranger la salle à leur façon en donnant des ordres absurdes comme fixer le mur ou se concentrer en tenant une chaise sur la tête. Voilà qu'elles s'habillent d'une combinaison bleue qui les rendaient encore plus inquiétantes. De simples regards échangés entre elles semblaient suffire pour qu'elles se synchronisent comme des robots qui étaient commandés par une obscure necessité. Soudain l'un de ces "agents bleus" déclara : "Vous êtes les élus" C'est là que j'ai compris le but de leur opération. Ils avaient isolé des tables en les encerclant d'une sorte de barriére défensive pour discriminer ceux qui pouvaient travailler des autres qui étaient relégués face contre le mur. 

Malheureusement un des élèves ne put retenir un énorme éclat de rire. Il fut aussitôt déménagé par 2 agents bleus et rangé dans un coin. Voilà ce qu'il arrive aux rebelles dans ce que pourrais oser appeler un coup d'état porté à l'encontre du collège.

Par bonheur, midi approchait et des hordes d'élèves affamés affluaient maintenant vers la cantine. Les 4 robots quittérent la salle sans prévenir pour les suivre. J'ai entendu dire qu'ils auraient commis d'autres pratiques discriminatoires ... 

A suivre donc.[kgp]56[/kgp]

 

  Une troupe de théâtre est intervenuejeudi 10 janvier, au collège, sous forme d"impromptus", entre 11h 
et 13h30.
      Il s'agissait de faire réfléchir les élèves sur les notions de liberté, d'autorité, d'obéissance, de 
différence.
      De 11h à 11h30, les quatre artistes (actrices et danseuses) sont intervenuesdans une classe de 4ème : 
jouant le rôle de surveillantes en uniforme. Elles ont peu à peu restreint les libertés des élèves, leur donnant 
des ordres et des interdictions de plus en plus absurdes, excluant les uns, déplaçant les autres, enfermant 
certains entre des tables dressées, ou imposant aux autres de fixer un mur ou de tenir une chaise au-dessus 
de leur tête, s'appuyant sur des arguments soit disant scientifiques pour justifier ces nouvelles règles 
délirantes... De 11h30 à 12h, les élèves ont pu échanger sur cette expérience avec deux professeurs. 
Cette première action de la troupe a permis une réflexion intéressante sur les notions de dictature, de 
totalitarisme.
      De 11h30 à 13h, la troupe est intervenueau self : à l'aide d'un sifflet, les "surveillantes" ont obligé élèves et 
professeurs à changer de place, en fonction de ce qu'ils mangeaient, créant ainsi des catégories de personnes 
selon des critères arbitraires. Elles ont aussi aménangé des espaces spécifiques pour les diverses catégories 
qui se sont donc trouvées séparées, par exemple par des rubans. 
Les pratiques d'exclusion, de catégorisation des individus, propres à certains régimes politiques, ont pu ainsi 
être vécues par les élèves et les enseignants, créant des questionnements intéressants.
      Enfin, dans la cour, de 13h à 13h30, les "surveillantes", avec un haut-parleur, ont demandé aux élèves de 
se regrouper selon des critères de plus en plus absurdes (les porteurs de bonnets, ou de pantalons bleus...). 
 A travers ces pratiques, les élèves ont pu être amenés à prendre conscience del'importance des libertés 
individuelles, de la prise en compte des différences, de l'esprit critique, mais aussi de la nécessité 
que l'autorité soit fondée sur des valeurs comme la confiance, le respect ou la raison.
 
La troupe La Main qui parle, qui est en Résidence Artistique au collège de janvier à mars, animera par ailleurs
des ateliers avec quatre classes de 4ème, sur le thème de la différence.
 
D'autres "impromptus" auront lieu au collège, réalisés par les artiste et des élèves de 4ème ayant suivi ces 
ateliers de pratique théâtrale.